6-16.04.2020 | SPECTACLE VIVANT | Lucile Richem et Raphaël Noirot

Parcours et démarche générale :
Lucile Richem est projectionniste de formation. Après plusieurs années à écumer les salles Art et Essai de France et de Belgique, elle laisse de côté la régie et les salles des machines pour aller fouler les parquets des salles de spectacle. En troisième année de formation
professionnelle des Arts de la Scène et du Mouvement à l’école Faun à Montreuil, elle y pratique donc assidûment, qu’il vente ou qu’il pleuve, du lundi matin au vendredi soir et contre vents et marrées les disciplines qui y sont enseignées.

Après 10 ans passés entre embruns et pétoles des côtes atlantiques et méditerranéennes, c’est, non sans vague à l’âme, que Raphaël Noirot déserte les mâts haubanés des navires pour rejoindre ceux des chapiteaux. Après un an de création et mise en scène d’un
spectacle musical et poétique amateur, il intègre la formation professionnelle des Arts de la Scène et du Mouvement de l’école Faun à Montreuil.

C’est au sein de cette formation que les univers artistiques de Raphaël et Lucile se croisent et se mêlent. De leur rencontre naît l’envie de créations communes. C’est ainsi que voit le jour « Gratte-Ciel ».

Projet en résidence :
Gratte-Ciel
Il y est question de Fabienne et Christian, qui, bien que sensibles et passionnés, sont animés avant toute chose par leur travail.
A travers le théâtre corporel, la danse, l’acrobatie ou le chant, ces deux protagonistes laisseront voir l’intimité de leur sensible…
Car ce sont des collègues qui se croisent, au milieu des dossiers qui s’entrelacent, et des attaché case qui, parfois, se chevauchent. Oui, des sociétés fleurissent et des dividendes jaillissent, dans la joie du capital qui se répand !
Mais pourquoi, à quoi bon, et à quel prix ?
S’ils se livraient sans filtre, que resterait-il de leurs rêves d’enfant ?
Pourquoi s’attachent-ils à cet éreintant labeur ; combat épique mené chaque jour et de l’aube à l’aube, où l’employé et l’entreprise ne font plus qu’un ?
Notre recherche lors de la résidence s’articulera plus particulièrement autour des liens entre postures corporelles et postures sociales, de la façon dont ils sont subis, dont il est possible de les appréhender, de s’en défaire, et de la façon de les transmettre sur scène à travers notre propres outils corporels.
Nous axerons aussi nos recherches sur les liens qui existent entre le corps et l’esprit, notamment à travers la recherche de connexions et flux entre postures, mouvements et intentions dramatiques.